Depuis quelques années le yoga prend de plus en plus d’ampleur, mais particulièrement depuis la crise sanitaire mondiale. Effectivement cette discipline peut autant se pratiquer dans une salle qu’à la maison en suivant des cours en ligne. Dans ce monde où le stress est omniprésent, cette approche physiologique permet de retrouver et de conserver une santé physique, émotionnelle et spirituelle. Cette discipline demande toutefois quelques équipements : une tenue agréable souple ou ample, une serviette, une bouteille d’eau et bien évidemment, un tapis !

Le tapis

Ce dernier élément est indispensable pour des raisons de sécurité et de confort. Le choix de ce composant n’est pas anodin, car il va vous suivre tout au long de votre expérience yogique. Par conséquent, il doit ainsi correspondre à votre style de yoga et à votre personnalité. Outre l’esthétisme du tapis pour se sentir dans de bonnes conditions, le tapis permet de vous isoler contre le froid du sol, d’éviter de glisser lors des enchainements de postures et peut selon votre choix être non encombrant, facilement transportable et stockable.

Voici quatre conseils pour vous aider à choisir votre bon tapis :

 

Épaisseur

Il existe diverses épaisseurs de tapis pouvant aller des plus fins, 5 millimètres, aux plus épais, 15 millimètres. Il est toutefois recommandé pour les débutants d’utiliser un tapis épais pour le développement des muscles et le confort.

Les tapis fins procurent une bonne stabilité lors des postures d’équilibre, cependant il ne protège pas en cas de chute.

Quant aux tapis épais, ils sont plus confortables pour les positions au sol et protègent les articulations. Il est ainsi recommandé aux personnes dont les articulations, les genoux, les poignets et le bas du dos sont fragiles. Cependant, les tapis épais peuvent faire perdre l’équilibre dans certaines positions d’ancrage au sol.

Si vous désirez voyager, vous pouvez opter pour un tapis de voyage beaucoup plus fin d’environ 3 millimètres afin qu’il soit léger et facilement transportable ainsi que rangeable.

L’épaisseur de votre tapis est déterminée en fonction de votre type de yoga, de votre santé, de sa portabilité, de votre espace de rangement et de privilège au confort ou à votre connectivité avec le sol.

 

 Matière, texture et adhérence

 

  • En caoutchouc naturel ou gomme naturelle

En plus d’être biodégradable et recyclable, cette matière durable est antidérapante. Pour son aspect adhésif, le tapis en gomme est suggéré pour des pratiques dynamiques.

  • En PVC

Cette matière est à éviter, car elle contient des composants toxiques. Toutefois certains tapis en PVC sont maintenant certifiés «non toxiques». Ce type de support est résistant et antidérapant, il peut donc convenir è différents types de yogas.

  • En TPE

Ces tapis sont conseillés aux personnes allergiques au latex, car il est un bon compromis entre le PVC et la gomme naturelle. Il est également suggéré aux individus aux articulations fragiles. Il est toutefois moins adhérant que les tapis en PVC et en caoutchouc naturel.

  • En jute

Il s’agit ici d’une matière rêche est donc adhérente, solide et qui ne s’effiloche pas. En raison de sa texture, elle est déconseillée pour les personnes dont la peau est sensible. Pour des raisons écologiques, il est préférable de choisir un tapis en jute et en gomme plutôt qu’un tapis en jute et en plastique.

  • En coton organique

Le bémol de cette matière est qu’elle ne soit pas antidérapante, c’est pourquoi le tapis en coton est recommandé pour la méditation ou le yoga doux. Il est cependant confortable et un bon isolant pour le sol.

  • En liège

Cette matière, encore peu connue, est un bon antidérapant et bon un antibactérien, idéale pour les personnes qui transpirent beaucoup. Ce type de tapis convient à tout type de yoga.

  • En laine

Autre matière peu connue, la laine, tout comme le coton, n’est pas antidérapante. Elle convient à la méditation et à quelques postures en raison de sa bonne isolation avec le sol.

Il est recommandé pour les yogas dynamiques, semi-intensifs ou chauds d’avoir un tapis adhérent ou antidérapant. De son côté il est suggéré pour les yogas doux d’avoir un tapis épais, adhérent. Pour les méditations, l’antidérapant n’est pas spécialement recommandé.

Entretien

Un bon nettoyage et entretien assure l’adhérence des tapis antidérapants. Pour la plupart des tapis il suffit simplement de jeter un coup d’œil sur l’étiquette accrochée è celui-ci ou à l’emballage, certains modèles passent ainsi à la machine à laver à 40°C.

Si ce n’est pas le cas ou vous souhaitez le désinfecter après chaque séance, il est possible de concocter une préparation maison. Il suffit simplement de prendre un vaporisateur dans lequel vous mélangez eau, vinaigre blanc, pour éliminer les germes. Ensuite, ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles d’arbre à thé, de citron, de lavande, de monarde ou d’eucalyptus pour neutraliser l’odeur du vinaigre blanc et pour désinfecter. Pour finir, vaporiser le mélange sur votre tapis et essuyer avec un chiffon doux ou microfibre.

Prix

Les prix des tapis peuvent varier de 20$ à 100$, ceux à petit prix sont recommandés si vous commencez le yoga, toutefois ils s’useront plus rapidement à l’inverse des plus dispendieux.

Les tapis en gomme naturelle affichent généralement un tarif plus élevé à l’inverse des tapis en PVC qui font partie des gammes moins chères. En effet, les tapis écologiques auront tendance à être plus couteux que les autres tapis.

Petit conseil : trouvez un tapis qui rentre dans votre budget avec un bon rapport qualité/prix en fonction du type de yoga que vous exercez et de son aspect confortable.

Qu’il soit épais ou fin, couteux ou non, en PVC, en TPE, ou gomme naturelle, etc le tapis de yoga est un accessoire essentiel, Il reflète votre style de yoga et vous accompagnera tout au long de vos expériences et de vos séances, en salle, à la maison comme en voyage.

Par Fanny Mattias-Tomé