Par Laurie Tremblay, propriétaire et professeure au studio Infinity yoga

 

Depuis que j’enseigne le yoga, je remarque qu’il y a tellement de raisons différentes qui amènent une personne à commencer cette pratique. Au départ, les principales raisons qu’on entend sont souvent le besoin de gérer son stress, l’envie d’améliorer sa souplesse, un complément à un sport ou pour aider au rétablissement d’une blessure par exemple.

Je crois qu’une majorité de ces gens y découvre bien plus lorsqu’ils sont bien guidés et accompagnés lors de leurs cours de yoga. En tant que professeure, je désire que les élèves évoluent à travers mes cours et comprennent tout ce que le yoga peut leur offrir lorsqu’ils se laissent aller pleinement à cette pratique.

 

Le yoga au-delà des postures

Lorsqu’on s’y intéresse de plus près, on comprend qu’une discipline qui a plus de 3000 ans d’histoire va au-delà de l’exécution de postures sur un tapis (asanas). La personne qui pratique le yoga prend part à un cheminement, une évolution non seulement physique, mais aussi personnelle. Bien évidemment, c’est un processus où chacun progresse à son rythme et selon son état du moment. Certains en resteront à la simple exécution et l’enchainement de postures. Cela n’en fait pas moins une pratique bienfaisante étant donné l’activité physique qu’elle implique.

Toutefois, l’évolution débute réellement lorsqu’on commence à appliquer les principes du yoga en dehors du tapis et dans son quotidien. C’est lorsque l’on comprend l’impact positif que cela peut avoir que l’on découvre un outil puissant pour l’atteinte de son bien-être. C’est pour cette raison que les oreilles me frisent lorsqu’on parle du yoga comme d’un sport. Mais qui suis-je pour juger, alors qu’au tout début, mon style de yoga ressemblait à une séance d’athlétisme. J’avais des désirs de performance, mes objectifs étaient purement physiques. J’allais trop vite, trop fort et les principes fondamentaux du yoga n’étaient pas présents. Je me sentais bien et détendue après avoir bougé, mais c’était principalement dû à l’endorphine sécrétée lors d’activité physique.

 

Quand la personnalité influence la pratique

Je crois profondément que notre personnalité et nos mécanismes du moment se reflètent à travers notre façon de pratiquer le yoga. Par exemple, le fait de se sentir désorienté et étourdi par une situation peut rendre les postures d’équilibre plus difficiles pour la personne. Un individu qui a tendance à vouloir la perfection se sentira découragé lorsqu’il n’atteint pas la posture souhaitée. La personne qui ressent le besoin de performer  ne prendra pas de moment de pause dans une séquence intense de Power yoga, même si l’enseignant le propose. Reconnaitre ces schémas chez soi est un travail qui demande de s’arrêter un instant. Un travail qui demande de s’observer et d’être attentif à ce qui se passe dans le moment présent.

Pour certaines personnes, il est là le réel défi de cette discipline ; l’introspection. La découverte de soi dans son ensemble, par l’exploration et l’expression physique du corps humain. Le rôle de l’enseignant étant de guider ces individus pour qu’ils perçoivent à leur rythme ces énergies subtiles qui émergent lors de la pratique du yoga. Dès lors que l’élève est accompagné vers une pratique qui lui convient, dans un espace sur et propice à l’arrêt de l’agitation des pensées, il lui sera possible de s’épanouir. Le yoga est un outil de transformation, c’est un allié qui mène à la quête de sa véritable nature.